31 May 2016

La Ligue

logo-llhm1

Les premiers statuts de la Ligue Luxembourgeoise d’Hygiène Mentale ont été publiés au Mémorial « recueil spécial » N°17 le 24 mars 1956.

Elle reprenait de fait le modèle de la « Ligue Française de Prophylaxie et d’Hygiène Mentale », créée en 1921 et de la « Ligue Belge d’Hygiène Mentale » en 1922.

Comme pour ces ligues l’objectif était d’abord humanitaire et de secours mais aussi l’apport de soins précoces aux malades mentaux pour éviter leur hospitalisation qui à l’époque n’était possible que dans des asiles.

Mais ces ligues avaient aussi des projets plus ambitieux et progressistes pour l’époque : maintien de la santé mentale de la population, dépistage et prévention des pathologies mentales et création de dispensaires d’hygiène mentale.

Si les concepts principaux étaient présents dès les années vingt ce n’est qu’après la découverte de médicaments vraiment efficaces dans les maladies psychiatriques à partir de 1952 que des réalisations significatives ont été possibles.


llhm-afficheA partir de 1956 on peut retenir quelques dates importantes pour la Ligue Luxembourgeoise d’Hygiène Mentale :

1960 : Création d’un dispensaire d’hygiène mentale

1973 : Transformation du dispensaire en Centre de Santé Mentale et premiers postes conventionnés avec le ministère de la santé

1986 : Premier appartement thérapeutique, avec un concept de logements individuels se démarquant des modèles de foyer tendant à recréer des mini hôpitaux.

1989 : Création de l’« ATP asbl » en coopération avec « Réseau-psy-Psychesch Hëllef Dobaussen asbl» et le « CERMM asbl ».
Depuis cette association s’est autonomisée avec succès de même que d’autres associations à la naissance desquelles la Ligue avait participé dans le passé (….)

1991 : Création du « Centre d’Information et de Prévention »

2002 : Création de la « Berodungstell fir Stress op der Arbecht » d’abord en partenariat avec l’OGBL puis avec la Chambre des Salariés

2005 : Création de la « Vernetzungsinitiativ fir Suizidpräventioun » coordonnée par le CIP et qui aboutira sur demande du ministère de la santé à la proposition d’un « plan national de prévention du suicide »

2006 : Obtention du statut d’utilité publique

2008 : Conventionnement avec la CNS pour les services « logement »

2013 : Reprise des services du CERMM qui se dissout


Bien entendu cette évolution s’est faite dans un contexte socio-politique plus favorable à certaines époques qu’à d’autres.

On peut retenir notamment la création du premier service de psychiatrie en hôpital général au Centre Hospitalier de Luxembourg décidée en 1975.

Le rapport du professeur Häfner commandé par Johny Lahure, publié en 1993, et qui préconise la décentralisation de la psychiatrie est le document à la base de la « réforme de la psychiatrie »

La décision ministérielle de Mars Di Bartolomeo en 2005 qui fait que les admissions psychiatriques urgentes et non volontaires (« placement en observation ») ne se feront plus que dans les services de psychiatrie des hôpitaux régionaux peut être considérée comme le point de basculement de l’ancien dans le nouveau système.


La continuité des concepts :

La Ligue est née non-confessionnelle et apolitique avec des références scientifiques et est restée fidèle à des valeurs humanistes. A travers son histoire on retrouve une constance dans quelques idées fortes :

Une approche communautaire :
Le maintien dans la communauté, dans leur milieu naturel, des patients psychiatriques est aujourd’hui devenue une évidence. Jusque dans les années 1960 et 1970 c’est l’éloignement à l’hôpital psychiatrique qui était privilégié. L’action de la ligue s’inscrivait alors dans un courant qui était considéré comme subversif. On ne peut
que se réjouir de l’évolution qui s’est produite mais il faut rester vigilant car apparaissent de nouvelles formes d’exclusion.

Une prise en charge de qualité accessible à tous :logo llhm sans txt

Les maladies mentales entraînent souvent une diminution des moyens financiers des patients. Cela a toujours été une préoccupation pour la Ligue de rendre les soins accessibles à tous. De nos jours outre les dons (déductibles du revenu imposable) ceci est rendu possible par des conventions avec le ministère de la santé et avec la Caisse Nationale de Santé. Nous avons aussi à cœur d’offrir la meilleure qualité aussi bien au niveau des prises en charge que des locaux.

Le travail en équipe pluridisciplinaire :
Depuis l’origine la Ligue Luxembourgeoise d’Hygiène Mentale s’est souciée de fournir un cadre hors de l’hôpital à cette approche. En effet les troubles psychiques sont liés à de nombreux problèmes dans différents domaines et une prise en charge intégrée par une équipe comportant différents professionnels est plus efficace que des actions de soins juxtaposées. Actuellement ces professionnels sont psychiatres, psychologues, pédagogues, psychomotriciens, assistants sociaux, infirmiers, ergothérapeutes, art-thérapeutes, éducateurs, secrétaires, secrétaires-comptables.

Visit Us On Facebook